PLAQUES de CUIVRE pour GRAVURES

jeudi 16 octobre 2008 14:00
Drouot Richelieu - salle 8
Informations sur la vente
PLAQUES DE CUIVRES : sujets religieux, scènes mythologiques ou scènes de genre, botanique, portraits, chasses par ou d’après :Altdolrfer, Beham, Bessa, Le Brun, Berghem, Boilly, Bonnet, Boucher, Buffet, Carrache, Coypel, Dali, Demarteau, G.Doré, V. Dongen, Fragonard, Huet, Isabey, Le Prince, Maratti, P.Mignard, Oudry, Poiteau, Redouté, Rigaud, H.Robert, de Troy, C. et J.Vernet, Watteau , Wille. ESTAMPES anciennes et modernes de l’école flamande, française ou italienne par ou d’après : W.Ablett, J. Audran, Della Belle, Bellmer, Blomaert, Brauner, U.da Carpi, Chasseriau, Daumier, Freundlich, Ph. Galle, A.Ghisi, Gleize, Goltzius, H.Goudt, F.Goya, Hermann-Paul, Kisling, Kupka, Matta, Meryon, Oudry, F.Parmigiano, Piranesi, J.Rigaud, Valtat, Watteau Quelques cuivres du fond BASAN et autres provenances dont les maisons d’ édition BARÉ - DAYEZ spécialisée en imagerie ou HAUTECOEUR, vente d’estampes et reproductions. Voici présentés à la vente un grand nombre de plaques de cuivre rescapées, survivantes au fil du temps, épargnées des fonderies d’où l’on recyclait le métal semi- précieux pour le transformer en obus, en alliage pour canon, statue équestre ou fourniture de plomberie. Une partie de ces cuivres proviennent de l’ancien fond Basan. Afin de mieux connaître l’histoire de Pierre- François Basan, nous reproduisons ici un extrait du texte de monsieur P. Casselle paru dans le “ Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’ancien régime “ Promodis Editions du Cercle de la Librairie 1987. BASAN Pierre-François (1723 - 1797) graveur, éditeur et marchand d’estampes fait son apprentissage chez son cousin maternel Etienne Fessard puis chez Jean Daullé. Epouse en 1751 Marie Drouet fille d’un marchand chapelier d’Angers dont le père est décédé, son tuteur est le graveur Noël Le Mire. Trois enfants naissent. De 1750 à 1754, Basan participe à différentes entreprises de la gravure de reproduction, La Galerie Royale de Dresde, ou l’Illustration naturelle de Buffon. En 1754, il abandonne la gravure et se consacre à l’édition et au commerce, avec une telle efficacité que le duc de Choiseul le désigne comme “ le maréchal de Saxe de la curiosité”. Il constitue un réseau commercial aux dimensions européennes, de Rome à Londres, Stockholm, Varsovie et Saint-Pétersbourg et associe à ses affaires son gendre Etienne-Léon Poignant, fils d’un marchand de vin et neveu d’ Etienne Fessard. L’inventaire fait après le décès de Marie Drouet sa femme, recense près de cinq mille plaques de cuivre dans les magasins de Basan dont un certain nombre de Rembrandt. Pour faciliter son commerce, Basan avait réuni en six volumes parus sous la forme de L’Oeuvre de Basan, plusieurs centaines d’estampes. Pour ses diverses entreprises Basan a fait travailler une équipe de jeunes graveurs, la plupart formés par Le Bas, Beauvarlet, Le Mire ou Wille, Alix, Blot, Chateau, Choffard, Delignon, Guttemberg, Halbou Legrand, Le Veau, Mme Lingée, Macret, Maleuvre, Martini, Patas, Ponce, etc.. Basan mit a profit les connaissances acquises dans son commerce pour devenir aussi l’un des experts les plus sollicités de Paris tant pour les inventaires après décès que pour l’organisation de ventes aux enchères et la rédaction de catalogues : vente Pierre-Jean Mariette (1775), Neyman (1776), marquis de Ménars (1782). Il publie un Dictionnaire des graveurs réédité en 1789. Durant toute sa carrière il a défendu les intérêts de sa profession. On peut suivre sa trace en plusieurs adresses : en 1751, il habite place Maubert, puis rue St Jacques en 1754, fin 1758, c’est rue du Foin, en 1762 et 1763, il est rue du Battoir puis de nouveau rue du Foin et se fixe définitivement en février 1769 lorsqu’il devient propriétaire de l’hôtel Serpente dans la rue du même nom. Veuf depuis 1788 il se retire des affaires à la fin de 1789, le 19 Mai 1792 pourtant, il achète encore le fond des frères Le Campion. Il meurt le 12 Février 1797, sa collection est dispersée aux enchères en décembre 1788 et fait l’objet d’un remarquable catalogue par Regnault-Delalande. -------------------------- Un certain nombre de plaques sont issues de ce fond, gravures d’interprétation ou oeuvres d’artistes connus seuls ayant utilisé la plupart des techniques de gravure : eau forte et burin, pointe sèche, vernis mou, aquatinte ou gravure aux outils pour obtenir des résultats à l’imitation du dessin . Expert Sylvie COLLIGNON Membre du Syndicat Français des Experts Professionnels en OEuvres d’Art 45 rue Sainte Anne - 75001 PARIS Tél. : 01 42 96 12 17 - Fax : 01 42 96 12 36 email : collignonsylvie@cegetel.net EXPOSITIONS PUBLIQUES : Mercredi 15 octobre de 11 heures à 18 heures - Jeudi 16 octobre de 11 heures à 12 heures Téléphone pendant l'exposition et la vente : 01 48 00 20 08
Conditions de ventes
La vente se fera expressément au comptant. Une exposition préalable permettant aux acquéreurs de se rendre compte de l'état des objets mis en vente, il ne sera admis aucune réclamation, une fois l'adjudication prononcée. L'adjudicataire sera le plus offrant et dernier enchérisseur, et aura pour obligation de remettre son nom et adresse. Il devra acquitter, en sus de l'enchère, par lot, les frais et taxes suivants : 20,332% (frais 17% - T.V.A. 19,60%). Dès l'adjudication prononcée, les achats sont sous l'entière responsabilité de l'adjudicataire, le magasinage et le transport de l'objet n'engagent pas la responsabilité de la Société de Vente Volontaire aux enchères publiques. Les indications portées au catalogue engagent la responsabilité de la Société de Vente Volontaire aux enchères publiques, compte tenu des rectifications annoncées au moment de la présentation de l'objet et portées au procès verbal de la vente. Les dimensions, les poids et les estimations ne sont donnés qu'à titre indicatif. Le réentoilage, parquetage ou doublage sont considérés comme une mesure conservatoire et non comme un vice. Aucun lot ne sera remis aux acquéreurs avant acquittement de l'intégralité des sommes dues. En cas de paiement par chèque par l'adjudicataire, le transfert de propriété de l'objet n'aura lieu qu'après encaissement du chèque. Le paiement par chèque sans provision ou le défaut de paiement n'entraîne pas la responsabilité de la Société de Vente et en conséquence la délivre de l'obligation de paiement au vendeur. En cas de paiement par chèque non certifié, le retrait des objets pourra être différé jusqu'à encaissement. A défaut de paiement par chèque ou en espèces, l'objet pourra être remis en adjudication sur folle enchère, immédiatement ou à la première opportunité. En cas de contestation, au moment de l'adjudication, c'est-à-dire s'il est établi que deux ou plusieurs enchérisseurs ont simultanément porté une enchère équivalente, soit à haute voix, soit par signe, et réclament en même temps cet objet après le prononcé du mot "adjugé", le dit objet sera immédiatement remis en adjudication au prix proposé par les enchérisseurs et tout le public sera admis à enchérir à nouveau. La Société de Vente et les Experts se réservent la faculté, dans l'intérêt de la vente, de réunir ou de diviser les numéros du catalogue.