Marie-Thérèse-Charlotte de France, duchesse d'ANGOULÊME (1778-1851) dite MADAME ROYALE, fille de Louis XVI; après sa sortie du Temple, elle épousa son cousin le duc d'Angoulême

Lot 95
Aller au lot
2 000 - 2 500 €
Résultats avec frais
Résultat : 2 318 €

Marie-Thérèse-Charlotte de France, duchesse d'ANGOULÊME (1778-1851) dite MADAME ROYALE, fille de Louis XVI; après sa sortie du Temple, elle épousa son cousin le duc d'Angoulême


MANUSCRIT autographe, [été 1795]; 1 page in-4 montée sur un feuillet in-fol. (traces de pliures); sous cadre.
Émouvante pièce de vers évoquant sa captivité au Temple.
Ces vers ont été composés à la prison du Temple et adressés à Madame Renée Elisabeth Hilaire de CHANTERENNE, née de la Rochette (1762-1838), qui fut, trois jours après la mort du jeune Louis XVII, placée comme gouvernante auprès de Madame Royale. Elle prit son service le 15 juin 1795 et l'entente entre les deux femmes fut excellente. Madame de Chanterenne apporta, jusqu'au 18 décembre 1795, le réconfort dont l'orpheline avait grandement besoin dans son isolement. La princesse surnommait Madame de Chanterenne “ma chère Renète”.
“Dans ce triste séjour d'horreur, la vertu qui plait à mon coeur me paroissoit toujours bannie; le ciel a retenu ma vie, trop souvent prête à s'exhaler par les pleurs qu'il voyoit couler [...] faudra-t-il donc que je la nomme, cette vertu qui pare l'homme, qui console les malheureux, qui change l'horreur de ces lieux, qui revient dans cette contrée, pour être à jamais adorée, qui près de moi dans ces momens revient adoucir mes tourmens.
elle vit dans la tour du Temple, tout à l'envie suit son exemple, sensibilité, c'est son nom.
elle règne dans ma prison de mon coeur elle fait le charme, il ne croit plus aucune allarme depuis qu'il ne voit près de lui qu'âmes sensibles pour appui.”
Provenance: Mme de CHANTERENNE; Jean-Baptiste GOMIN (1757-1841), l'un des gardiens du Temple; remis à son décès par sa veuve, le 2 juin 1841, au vicomte Alcide de BEAUCHESNE.
Exposition Louis XVII (Musée Lambinet, Hôtel de Ville de Versailles, mai-juillet 1989).
On joint une P.A.S. (sur 1 page in-8): “Je me souviens toujours avec reconnaissance de Pontgerville. Je désire que Pontgerville vienne me voir. T”.
Archives du vicomte Alcide de BEAUCHESNE (1804-1873; vente 3-4 mars 2015, nos 189 et 186).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue