Paire de chaises à dossier légèrement renversé,...

Lot 282
Aller au lot
1 500 - 2 500 EUR
Résultat : 2 400 EUR

Paire de chaises à dossier légèrement renversé,...

Paire de chaises à dossier légèrement renversé, en acajou et placage d'acajou, à assises trapézoïdales, pieds gaines arqués ou fuselés à bagues. Estampille de JACOB. Epoque Empire. Marque au fer à chaud des collections de Louis Philippe et au pochoir du Château de Raincy. Garniture de velours chamois. H: 90 - L: 82 - P: 47 cm François-Honoré-Georges Jacob, dit Jacob Desmalter (1770-1841) peut être considéré comme le plus important artisan en sièges parisien du premier quart du XIXe siècle. Fils cadet du célèbre menuisier Georges Jacob (1739-1814), il se maria en 1798 avec Adélaïde-Anne Lignereux, la fille du célèbre marchand Martin-Eloi Lignereux. Dans un premier temps, il se distingua par ses qualités de dessinateur, puis en 1796, il s'associa avec son frère aîné Georges II Jacob (1768-1803) et tous deux reprirent l'atelier paternel de la rue Meslée sous la raison sociale Jacob Frères. Après le décès de son frère, Jacob Desmalter devint partenaire de son père, revenu aux affaires, et changea son estampille. Pendant près d'une décennie, ils vont être les fournisseurs privilégiés du Garde-Meuble impérial et des grands amateurs du temps. Toutefois, en 1813, les nombreux retards de paiements de l'administration impériale entraîneront la faillite de la maison Jacob. En 1825, après de multiples péripéties, il vendit son fonds de commerce à son fils contre une confortable rente viagère de 6000 francs par an. Libéré de la charge de l'entreprise, il entreprit quelques voyages, notamment en Angleterre où George IV lui demanda de participer au décor du château de Windsor. Il mourut à Paris, rue Cadet, le 15 août 1841. Le château du Raincy: Le château du Raincy fut construit au milieu du XVIIème siècle pour Jacques Bordier, puissant intendant des finances. L'architecte Louis Le Vau fut chargé de la construction du bâtiment, André Le Nôtre de l'aménagement des jardins et le peintre Charles Le Brun de la décoration intérieure. A la mort de Bordier, le domaine passa successivement à son fils, puis aux princes de Bavière, au marquis de Livry et à Louis- Philippe d'Orléans. Confisqué à la Révolution, il est racheté par Napoléon en 1812. Après la chute de l'Empereur, le château est laissé à l'abandon, puis entre dans les collections du duc d'Orléans, futur roi Louis-Philippe, qui réaménage et remeuble une partie du domaine et décide d'en faire un lieu privilégie pour la chasse. Le domaine est saccagé lors de la Révolution de 1848 et entre dans la domaine de l'Etat dans les premiers mois de 1852
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue