Paire de grands vases et deux pieds en cristal...

Lot 158
Aller au lot
25 000 - 35 000 EUR

Paire de grands vases et deux pieds en cristal...

Paire de grands vases et deux pieds en cristal de Vonêche du début du XIXème siècle
Circa 1820-30
De forme Médicis, reposant sur un fût taillé en facettes et un piédouche carré taillé en étoile, le bol a décor taillé d'oves et de feuilles stylisées affrontées intercalées taillées de treil­lages entre des stries circulaires et spiralées en partie haute et d'importantes pointes de diamants en partie basse, petit choc à la base d'un des corps, petits éclats et égrenures
Hauteurs: 52 et 53 cm

Notes:
Pour des formes similaires provenant du «Recueil d'Hubert Ponthière, tailleur sur cris­taux à Vonêche et Namur entre 1825 et 1837», voir par Jacques Toussaint, Bicentenaire de la cristallerie de Vonêche 1802-2002, Namur, 2002, pp.121-122.
Au vu de la qualité inhabituelle et l'exceptionnelle amplitude de la taille des pointes de dia­mants obtenue sur cette paire des vases, on pourrait rapprocher cette paire de vases d'un «chef d'oeuvre» réalisé par un ouvrier tailleur sur cristaux plutôt qu'à la production ty­pique de ce centre; à moins qu'elle n'illustre une commande particulière encore mal­heureusement non identifiée. C'est aussi certainement la raison pour laquelle la couleur du verre entre le corps et le pied est différente. D'après la tradition familiale transmise au vendeur, ce serait la raison pour laquelle cette paire prévue pour être livrée en cadeau à Guillaume de Nassau ne l'a pas été.

CRISTAUX DE VONÊCHE
La production verrière de Vonêche trouve sa source dans la verrerie Sainte-Anne, à Vonêche, fondée en 1778 grâce à un privilège accordé par l'Im­pératrice Marie-Thérèse par Pierre-Nicolas Matthys. Rachetée par Aimé-Gabriel d'Artigues en 1802, elle à des débuts difficiles dus à l'occupation militaire française de cette région. A cette époque faisant partie de la Répu­blique française et intégrée au département de Sambre-et-Meuse, cette région est alors soumise aux lois françaises. De la nouvelle stabilité politique, découle un important développement commercial avec des initiatives privées et notamment dans le domaine industriel largement encoura­gées par l'administration.
Aimé-Gabriel d'Artigues en est une parfaite illustration et fait venir un chimiste du nom de François Kemlin pour diri­ger l'entreprise et mettre en place les techniques anglaises de production. Ce site a la chance d'avoir des fonds sablonneux et d'importantes forêts. Artigues investira également dans des mines de plomb de la région d'Aix-la-Chapelle et fera venir d'Alsace et de Lorraine des ouvriers spécialisés dans la pro­duction du verre. Avec en outre un réseau de sous-traitants et surtout de revendeurs, telle Mme Desarnaud, tout est réuni pour assurer un immense succès qui ne va pas se démentir jusqu'à sa fermeture en 1830 du fait de la concurrence de la verrerie de Val-Saint-Lambert créée en 1826.
On perçoit néanmoins l'importance de la production de ce centre de Vonêche dans des commandes pres­tigieuses tel le fameux mobilier de toilette de la duchesse de Berry conservé dans les collections du Musée du Louvre.
Pour une présentation plus détaillée sur la production de Vonêche, voir par Jacques Toussaint, Bicentenaire de la cristallerie de Vonêche 1802-2002, Namur, 2002.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue