Anne-Josèphe Terwagne, dite THÉROIGNE de MÉRICOURT (1762-1817) d'abord cantatrice et demi-mondaine, puis femme politique, féministe, meneuse révolutionnaire, surnommée “l'Amazone de la Liberté”; prenant la défense des Girondins, elle fut fouettée par les femmes d'un club et devint folle

Lot 41
Aller au lot
2 000 - 2 500 €
Résultats avec frais
Résultat : 4 122 €

Anne-Josèphe Terwagne, dite THÉROIGNE de MÉRICOURT (1762-1817) d'abord cantatrice et demi-mondaine, puis femme politique, féministe, meneuse révolutionnaire, surnommée “l'Amazone de la Liberté”; prenant la défense des Girondins, elle fut fouettée par les femmes d'un club et devint folle


L.A.S. “Theroigne”, [Liège] 26 août 1790, au banquier PERREGAUX à Paris; 2 pages in-4, adresse avec cachet de cire rouge (brisé) et marque postale De Liège; sous cadre.
Très rare et remarquable lettre où elle nie avoir pris part aux journées des 5 et 6 octobre 1789. [Théroigne était bien une des meneuses de la populace qui avait marché sur Versailles, et elle avait présenté avec mépris les revendications du peuple à Marie-Antoinette; pour échapper aux poursuites, elle se réfugia à Liège.] “On m'a écris que le Châteloit poursuivoit avec beaucoup d'activité, l'affaire du 5 et 6 octobre. Apparemment que Mr FARCY, et sa ligue veulent étouffer une affaire par l'autre. J'ai été fort étonnée d'apprendre que j'etois decretée de prise de corps, je ne me doutois pas que n'ayant coperé en rien que ce soit, a tout ce qui c'est dit, et fait, les deux journées du 5 et 6, je serois comprise dans cette pretendue conjuration: car ce n'est pas la peur qui m'a fait partir; c'est plutot la médiocrité de ma fortune, qui m'a forcé après avoir mangé tout mes diamans, a venir dans mon pays, pour y vivre avec économie, afin de pouvoir continuer d'entretenir mes frères, jusqu'a ce qu'ils aient acquis assez de talents, pour se passer de mes secours”. Elle recommande un de ses frères à Perregaux.
LÉOPOLD [l'Empereur d'Autriche, frère de Marie-Antoinette] “a fait les plus sevère deffance de laisser entrer aucun imprimé qui parla des affaires de France, dans les Ardennes. C'est une vraie tyranie je ne puis me procurer les papiers qu'avec beaucoup de peine, et il me parviennent toujours trop tard. C'est pourquoi je vous prie de mécrire les progrès de la prosedure de l'affaire de Versaille, et comme je ne puis deviner jusqu'ou a été la malignité de ceux qui mon dénoncé, il faudroit si [vous] voulez me rendre ce service faire votre possible pour savoir de quoi je suis accusée. Car si cela étoit serieux, je me deffenderai et pour cette effet, je n'aurai besoin que de dire la vérité. Éluderont-il son evidance? Je ne crois pas qu'ils l'osent a moins qu'ils ne meprisent la justice, et l'opinion publique. Alors je serois probablement sacrifiée, malgré que je n'aie d'autre tor que d'avoir beaucoup de zèle, pour le bien public”.
Elle voudrait être assurée que sa “Rente sur le Roi” ne serait pas confisquée, “dans le cas que mon affaire prit une mauvaise tournure”, et elle prie Perregaux de “me dire si effectivement je ne cour aucun risque de ce côté-là. [...] Je serois sensible a cette perte parce qu'il ne me reste pas autre choses pour vivre”...
Anciennes collections Alfred Sensier (11-13 février 1878, n° 359), puis Claude de FLERS (Femmes, 18-19 novembre 2014, n° 335).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue