Magnifique sabre de la Manufacture de Versailles...

Lot 54
Aller au lot
Estimation :
50000 - 60000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 50 000EUR

Magnifique sabre de la Manufacture de Versailles...

Magnifique sabre de la Manufacture de Versailles donné par le Premier Consul Bonaparte pour les journées du 19 brumaire an VIII:
Garde en laiton ciselée et dorée; branche plate ornée de petits fleurons entourés de cercles rattachés les uns aux autres; oreillons losangés, ciselés sur le pourtour de feuilles d'acanthe; croisée ouvragée reliée à la branche par une sorte de corne d'abondance inversée en feuillage fleuri; quillon à enroulement; calotte en forme de tête de lion entourée de perles et ornée d'écailles sur l'arrière; fusée en ébène, sculptée d'écailles; le dessous de la croisée, d'un côté, porte trois poinçons, la barrette: “BOUTET”, “L D” et probablement “A B” ou “L D” et, de l'autre, la signature: “Boutet Directeur Artiste Manufre à Versailles”. Belle lame en damas ornée de motifs orientaux et de signes cabalistiques en or. Fourreau de bois à crevés recouverts de chagrin, à deux grandes garnitures ciselées de feuillages et de motifs géométriques; la chape est signée, sur le devant: “Journée de
St-Cloud 19 Brumaire an 8” (gravure inversée); la bouterolle très longue est ciselée, au milieu, dans une navette, d'un bouquet de feuillages, extrémité ciselée en très fort relief de feuilles d'eau, de feuillages et de rinceaux; dard en fer travaillé sur le champ. Longueur 108 cm.
Époque Consulat, 1799/1800. État neuf, malgré quelques petites taches sur la lame.
BOUTET Nicolas Noël, né en 1761 † en 1833, célèbre directeur de la manufacture de Versailles, de l'an II à 1818; il travailla principalement sur les armes de récompense, les armes d'honneur et les armes de luxe, aussi bien blanches qu'à feu; celles-ci ont atteint une renommée mondiale, par leur qualité d'exécution et l'originalité de leurs modèles. Il avait à Paris un dépôt de la manufacture, 1236 rue de la Loi (rue de Richelieu) en l'an XI, ensuite, 87 rue de Richelieu en 1807; on le retrouve, en tant qu'arquebusier privé, en 1823, 23 rue des Filles Saint-Thomas, où il exerça jusqu'en 18
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue