Rare aiguière, le déversoir formé d'un satyre...

Lot 143
Aller au lot
2 500 - 3 000 €

Rare aiguière, le déversoir formé d'un satyre...

Rare aiguière, le déversoir formé d'un satyre tenant les cornes d'un bouc, les panses sont ornées de guirlandes à pampres. Base à piédouche godronné. D'après Sigisbert-François Michel. Travail anglais, vers 1820. H: 44 - L: 27 cm modèle original de cette aiguière, particulièrement l'anse à masque animalier, s'inspire librement d'un vase en marbre blanc réalisé par Clodion à Rome en 1766 et qui est conservé au Art Institute à Chicago (voir le catalogue de l'exposition Clodion (1738-1814), Musée du Louvre, Paris, RMN, 1992, p.102-105). Il semble être également influencé par le dessin d'une paire de buires en bronze patiné et doré réalisée par Gouthière en 1767, dont les motifs: naïade, triton, masques de dauphin et de bélier, sont traités dans le même esprit (illustrée dans P. Verlet, Les bronzes dorés français du XVIIIème siècle, Paris, 1999, p.205, fig.235). Mais surtout, il est basé sur une aiguière en plâtre du sculpteur Sigisbert-François Michel (1728-1811), frère de Clodion, qui, associée à son pendant, fut exposée en 1774 à l'Académie de Saint-Luc; l'une était orné d'un triton et d'un masque de dauphin, l'autre d'un satyre et d'un masque de bélier; ils symbolisaient respectivement l'Eau et le Vin. Ces deux projets de buires de Michel connaîtront un immense engouement. Dès leur création, ces buires furent déclinées en France et en Europe dans différents matériaux. Ainsi, certains exemplaires couleur basalte noir sont connus; ils furent réalisés en Angleterre à partir de 1775, année où John Flaxman donna les modèles à Wedgwood et Bentley, associés dans la manufacture anglaise de céramique de Wedgwood. D'autres furent réalisés en bronze, soit patiné, soit doré et patiné, soit doré et plaqué; de cet ensemble citons notamment une paire passée en vente chez Sotheby's, à Londres, le 17 mai 2005, lot 519; ainsi qu'une seconde, en bronze patiné et doré, qui appartient aux collections du musée Nissim de Camondo à Paris (reproduite dans N. Gasc et G. Mabille, Le musée Nissim de Camondo, Paris, 1991, p.66). Enfin, citons également des exemplaires en biscuit réalisés par la manufacture de Sèvres et dont un modèle est conservé au musée des Arts décoratifs à Paris; ainsi qu'une paire en bronze doré et placage de malachite qui est exposée à la Wallace Collection à Londres (voir P. Hugues, The Wallace Collection, Catalogue of Furniture, III, Londres, 1996, p.1410-1413)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue