FRANÇOIS Ier (1494-1547)

Lot 109
Aller au lot
8 000 - 10 000 €
Résultat : 24 000 €

FRANÇOIS Ier (1494-1547)

7 L.S. «Francoys», juin-août [1524], au Premier Président Jean de Selve; contresignées par Jean Breton (2), Florimond Dorne (2), Robert Gedoyn, Nicolas de Neufville ou Claude Pernoct; 1 page in-4 ou in-fol. chaque, adresses. Besoin d'argent pour faire la guerre aux ennemis de la France. Amboise 20 juin. Il a été averti que son procureur au bailliage de Meaux a commis «plusieurs abbuz au fait de son office», et veut qu'il soit poursuivi: «Je desire sur toutes choses justice estre maintenue et gardée en mon Royaulme et ne souffrir telz cas estre commis par ceulx mesmes qui en ont le gouvernement et police»... 22 juin. «Chacun veoit et congnoist assez la mauvaise et dampnée voulunté et affection que mes ennemys ont alencontre de moy et de mon Royaume pays et subgectz et que desja plusieurs foys ils ont essayé de me voulloir ruyner et destruire silz eussent peu et encores a ceste heure perseverent en leur mauvais voulloir, se mettent a leur effort et font tous les preparatifz quils peuvent pour venir a grosse puissance en mon Royaume pays et seigneuries par divers endroictz, deliberez de les piller, saccaiger, brusler et mettre en proye et perdicion. Ce que a layde de Dieu et de mon bon droict jespere empescher et y si bien pourvueoir de tous costez quilz se trouveront soustrez de leur mauvaise intention». Mais il a besoin d'argent «pour fournir aux fraiz quil convient faire promptement pour souldoyer ung si gros nombre de gens de guerre et autre force que je metz sus pour y resister», et demande à Selve de lui prêter mille livres... 22 juin, au Premier Président de Selve, au trésorier Le Gendre, et au seigneur d'Yverny maître des requêtes de son hôtel. Il demande aux prévôt des marchands, échevins et habitants de sa bonne ville de Paris de lui avancer 20.000 livres pour lui permettre de «conserver et garder nostre Royaume peuple et subgectz et resister a la fureur et dampnée entreprinse de noz ennemys qui viennent par divers endroictz en nostre Royaume pour le piller ruyner destruyre et saccaiger»... 30 juin. Après avoir dépêché «le proces des prisonniers», le Parlement doit vider l'affaire pendante «pour raison du greffe civile en ladite court, entre maîtres Seraphin du Tillet et Jehan du Tillet freres, afin de obvier au desordre et confusion qui est audit greffe»... 1er juillet. Il lui dépêche le Seigneur de Veretz bailly de Paris «pour aucuns de mes principaulx et tres urgens affaires, et luy ay donné charge de vous dire aucune chose de ma part, dont je vous prie le croyre comme moy mesme»...Blois 10 juillet. Il le prie encore de lui prêter promptement les mille livres dont il a besoin «pour deffendre mon Royaume qui est assailly de tous costez, mesmes du costé de Provence ou messire Charles de Bourbon se vient getter avec grant puissance, et suis contrainct de y envoyer une bien grosse armée qui est ja achemynée»... Valence 20 août. Il a écrit à plusieurs personnages pour leur demander «me prester quelque argent urgent dont jay bien grant besoing», mais beaucoup «usent de dissimulations et de responces que je ne trouve pas raisonnables»; il prie Selve d'intervenir auprès d'eux et de leut faire remontrance... On joint la copie d'une autre lettre à Jean de Selve demandant de lui prêter de l'argent (mars 1521)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue