Odet de Foix, seigneur de LAUTREC (1485-1528)

Lot 10
Aller au lot
7 000 - 8 000 €
Résultat : 3 800 €

Odet de Foix, seigneur de LAUTREC (1485-1528)

Général de l'armée du Roi en Italie, gouverneur du duché de Milan; maréchal de France. 19 L.S. avec compliments autographes «Vre bon conpere Odet de Foyx» (avec qqs variantes), [1515-1520], à Jean de Selve, Premier Président de la cour de Parlement à Bordeaux [puis Paris] et Vice-Chancelier de Milan; 22 pages in-4 ou in-fol., adresses, qqs sceaux aux armes sous papier. Importante et très intéressante correspondance sur les affaires de Milan. Vigesve [Vigevano] 31 octobre [1515], au sujet des otages pour garantir le paiement de la rançon de guerre due par le Milanais. Lautrec laisse le jeune marquis de Vigesve à la garde de ses parents; «vous prendrez pour pleiges et cautions, le seigneur Barnabon Visconti, messire Paule Camille Trivulce et ses freres, et le chevalier de Trivulce, lesquelz sobligeront de representer ledit jeune marquis toute et quanteffoiz quilz en seront requis par le Roy ou moy, sur peine de leurs personnes et biens»; il charge Selve de prendre ces otages sans éventer l'affaire et «en si bonne seureté que jen soys deschargé envers le Roy»; après quoi, il reviendra à Milan... 1517. Rouen 6 août. Il évoque d'abord la prise de possession par le cardinal de Medicis de «labbaye de Cheraval» [Chiaravalle à Milan]; puis il parle du «fait des rebelles» dont il faut aviser promptement le Sgr «Galias Visconti», pour qu'en «bon subject et serviteur du Roy» il règle cette affaire, «et au regard de ses beaux filz lon les tanctera si bien quilz se devront contenter»... Rouville 29 août-2 septembre. Le Roi envoie Gilbert Tarriel à Milan pour exercer l'office de contrôleur général des finances, et Berthelemy Ferrier comme président des intrades extraordinaires de Milan... Gambelot 20 septembre, pour faire publier des lettres patentes, sauf l'article des lettres de blâme touchant les capitainats... Paris 26 septembre, au sujet de la demande de grâce pour Jérôme Moron, qui est examinée par Villeroy; quant au problème du taillon, sans avoir vu la réponse du maréchal de Trivulce et du général de Milan, «tant y a que combien que ce Royaume ayt soustenu et souffert de merveilleuses et insupportables charges et telles quil seroit impossible den plus soustenir leffectz sil nestoit secouru et aidé du duché de Millan mesmement a paier les Suisses». Il va demander au chancelier de renvoyer Philippe Desse à Pavie «affin que acause de son absence luniversité ne aille en decadence et ruyne». Le Roi a réservé l'évêché de Luçon pour le frère de Selve... Argentan 5 octobre. Sur l'affaire de Jehan Paule de Laude, secrétaire de l'Empereur, du prisonnier de Monssaurque, du référendaire de Parme; puis sur l'affaire de «Mendrix et Valerne que les ambassadeurs des Ligues ont mis entre les mains de Grangis jusques ace quil ait esté congnu du droict quilz prentendent sur lesdits lieux [...] ledit Grangis a esté sur iceulx lieux ou il a prins le serment de fidelité et mis officiers au nom du Roy»...1518. Grenoble 3 mars. «Le Roy ma escript comme les ambassadeurs qu'il tient aupres de monsgr le marquis de Brandebourg luy ont fait scavoir quilz ont bien besongné avec ledit marquis tant pour luy que pour son frere monsgr de Magnum en manière quilz se sont declairez pour le Roy [...] et que au regard de messgrs les conte Palatin et arcevesque de Treves ilz se sont pareillement declairez»... Il reçoit la nouvelle que «la Royne [Claude] acouscha jeudy dernier a sept heures du matin dun beau filz [François duc de Bretagne] qui sont aussi tresbonnes nouvelles»... Grenoble 3 avril, au sujet des «potestats de la duché Millan [...] il y a long temps que lon ma resmontré que lesdits potestats ne faisoient point leur devoir touchant les choses criminelles et que la justice nestoit point bien administrée», et Lautrec leur avait demandé de l'avertir «de toutes les choses criminelles qui viendroient pardevant eulx avant que proceder a sentence», afin d'en délibérer avec Philippe Visonti, le Potestat de Vareys et Berthelemy Ferrier... Suze 10 avril, rappelant et commentant son ordonnance «a tous les potestatz du duché de Millan, ace quilz eussent a me faire entendre toutes les querelles criminelles qui viendroient pardevant eulx, et ne procedder a condempnacion, ni absolucion, sans men advertir»... 1520. Cognac 3 mars. «Le Roy a donné au Cappitaine Mazin, les terres et seigneuries de sainct Bassan, Tryol, Salvarolle, et fiefz en Cremonnoys, pour en joyr par luy, et ses successeurs masles»... [Les adressese des lettres suivantes portent les titres de «premier president de Paris vicechancelier de Millan».] Angoulême 13 mars, au sujet des lettres octroyées par le Roi au capitaine de Sainte-Colombe qui est sénateur, afin que «la maison dont il est ne demeure ruyne, affolle et deshonnoir»... Angoulême 18 mars, au sujet de l'entérinement des lettres du don par le Roi à l'ecuyer Francisque du lieu de Pontresme [Pontremoli] et ses appartenances.... Sainte-Catherine de Fierbois 28 mars. Il a parlé longuement au Roi et à Madame des affaires de par-delà et leur a «bien fait entendre comment les choses sont passées jusques icy», des charges confiées à l'évêque de Tarbes [Menald de Martory] sur lesquelles ils demandent information; il lui parlera du congé que désire Selve. Il a donné au commissaire Miradel l'office des réparations; «loffice de lyconome est de prandre a la main du Roy tous les benefices qui vacquent en la duché de Millan pour apres en faire ce que ledit Sgr en ordonnera»... Blois 12 avril, au sujet des lettres du don de Pontresme à l'écuyer Francisque... Paris 18 août. Longue lettre au sujet de la venue du comte Alexandre Sforza à Morbeigne [Morbegno] avec trente hommes, et l'ordre donné au gouverneur de Lech «pour mettre la main dessus aud. conte Alexandre, car veu ce que mescripvez ce seroit une belle prinse et aussi du conte Francisque Sforce et de son filz nommé Sforcin, et suis seur que ledit gouverneur fera son vray et loyal devoir pour les prendre et avoir entre ses mains». Il parle aussi d'Alexandre Visconti, autrefois protonotaire et qui s'est marié, et a envoyé emprunter de l'argent à Milan «disant voulloir envoyer sa femme audevant de limperatrice sur du Roy de Hongrye»... Il évoque encore les négociations des ambassadeurs du Roi avec Messieurs des Ligues: «ny a nulle rupture»; il engage enfin Selve à patienter encore un peu pour son retour... On joint le manuscrit autographe par Jean de Selve de 4 minutes de lettres au maréchal de Lautrec (3 pages in-fol.)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue