Rare régulateur à cadran circulaire en verre...

Lot 239
Aller au lot
10 000 - 15 000 EUR
Laisser un ordre
Votre montant
 EUR
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Rare régulateur à cadran circulaire en verre...

Rare régulateur à cadran circulaire en verre églomisé, signé «Dourdoullion à Lyon», indiquant les heures en chiffres romains, les minutes par tranches de quinze en chiffres arabes, les secondes, les calendriers grégorien et républicain, les phases de la lune et l'équation du Temps, marquant la différence entre le Temps vrai et le Temps moyen. Le mouvement supporte son balancier à compensation en lyre en acier damasquiné ou bronze argenté, à décor de frises à bandes alternées de branchages fleuris ou enfilages de perles et losanges, rythmé d'un serpent aux écailles finement traitées soulignant dans la partie haute un cercle en métal avec thermomètre et dans la partie basse s'entrecroisant sur un motif en écusson quadrillé se détachant sur deux ailes agrémentées de foudres ou ondes stylisées; la partie basse du balancier, en barrette à crosses ornée de vases ou bouquets fleuris, est également signée «Dourdoullion à Lyon» et supporte la lentille circulaire à motifs rayonnants. L'ensemble est renfermé dans une caisse architecturée en gaine en cerisier à rosaces et baguettes d'encadrements en bronze doré richement agrémentée de frises à motifs géométriques de perles et losanges ou cubes en laiton sur fond d'ébène ou inversement.
Lyon, époque Empire, vers 1805.
H: 230 cm - L: 49 cm - P: 26 cm
De composition et de décor proches des créations parisiennes d'époque
Directoire et présentant un double calendrier, grégorien et républicain, cet important régulateur doit cependant être daté du milieu des années 1800 et illustre le délai, plus ou moins long, des répercussions des nouveaux schémas esthétiques et techniques de la capitale sur les arts décoratifs provinciaux, en l'occurrence lyonnais. Ainsi, suite aux troubles révolutionnaires des données nouvelles sont instaurées pour le décompte et la mesure du temps, marquant ainsi l'apparition du calendrier républicain et du temps décimal. Le premier dure plusieurs années, précisément jusqu'à l'an XIV, tandis que le second est nettement plus bref; en effet, l'heure décimale, également nommée «révolutionnaire», fut instaurée par le Loi du 4 frimaire an II (24 novembre 1793) et sera suspendue dix-huit mois plus tard par la Loi du 18 germinal an III (7 avril 1795). Entre ces deux dates, certains horlogers s'étaient lancés dans d'ingénieux systèmes de conversion et avaient conçus des mouvements particulièrement élaborés offrant souvent des doubles graduations dans le système décimal et dans l'ancien système, preuve de la difficulté des amateurs à s'habituer au nouveau décompte du temps. Sur le régulateur que nous proposons, nous relevons cette même hésitation; l'horloger faisant apparaître les deux indications calendaires, alors que la grande majorité des créations parisiennes avaient maintenu cette double indication en parallèle à l'indication de l'heure décimale et l'abandonnèrent concomitamment, c'est-à-dire vers 1795. Ici, l'accent est mis particulièrement sur le décor du balancier sur lequel est adapté un thermomètre original, création de l'horloger Dourdoullion, nous permettant de dater précisément la création de l'ensemble.
L'horloger Dourdoullion, ou Dourdouillon, est méconnu. Mentionné par
Tardy en 1810 Place du Petit Change (Dictionnaire des horlogers français,
Paris, 1971, p.188), c'est, en fait, une mention publicitaire tirée du numéro 92 du «Bulletin de Lyon» en date du 18 novembre 1807 qui apporte le plus d'informations sur cet artisan: «- M. Dourdoullion, horloger, place du petit Change, près le pont de pierre, nous prie d'annoncer qu'il vient de faire une découverte dont on appréciera l'importance. Il s'agit de thermomètres en métal, auxquels il est parvenu à donner toute la régularité et toute l'exactitude qu'on peut attendre de cet instrument fait d'après les anciens procédés. M. Dourdoullion peut adapter ses nouveaux thermomètres à une pendule, ou à tout autre meuble, à des boîtes de montre, etc. Ils sont susceptibles de recevoir une forme élégante; ils sont d'un mécanisme très-simple; ils ne craignent point d'être dérangés par le changement de position. C'est une aiguille qui parcourt tous les degrés de température sur une espèce de cadran où ces degrés sont marqués avec beaucoup de netteté, de même que ceux souvent utiles à connaître de la chaleur du sang. M. Dourdoullion s'empressera de montrer ces nouveaux thermomètres aux personnes qui désireraient les voir».
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue