Marie Cappelle, Madame LAFARGE (1816-1852) accusée d'avoir empoisonné son mari; son procès eut un grand retentissement

Lot 349
Aller au lot
300 - 400 EUR

Marie Cappelle, Madame LAFARGE (1816-1852) accusée d'avoir empoisonné son mari; son procès eut un grand retentissement

L.A.S. «Marie Cappelle», «En prison !» [Montpellier 1843]; 8 pages in-8.
Longue lettre commentant les circonstances de sa propre condamnation.
Mme Lafarge s'indigne du livre Les Femmes en prison de Joséphine Mallet (1843); elle revient sur les analyses supplémentaires demandées au Dr Orfila, et sur le réquisitoire qui mit l'accent sur le principe d'égalité devant la loi.
Son admiration pour le style et la compassion de l'auteur ne l'empêche pas de relever avec fureur «une page cruelle sur les faveurs qu'obtiennent les grandes dames empoisonneuses et sur l'égalité devant la loi ! - L'égalité devant la loi !... [...] à la pauvre femme du peuple menée devant le prétoire, on demande compte de ses actions, c'est-à-dire de faits à la portée des hommes qui vont la juger ! - à la grande dame on demande compte de ses pensées, des battemens de son coeur, des élans de son âme et cette vie intime qui ne relève que de Dieu, cette vie on la fait juger par des négociants, par des industriels qui réduisent tout en chiffres, qui voyent des mystères d'infamie dans tout ce qu'ils ne comprenent pas et qui à la crainte d'être dupes préfèrent le remord d'être bourreaux !»...
Elle poursuit sa diatribe: «on dresse un procès-verbal d'autopsie il n'y a pas d'arsenic, il n'y a pas de lésions, d'où les médecins concluent pour la pauvre femme qu'il n'y a pas empoisonnement - pour la grande dame, que les symptômes sont naturels, que la mort ne l'est pas. On s'adresse à la chimie - une première fois l'expérience manque le tube se casse - le résultat est nul mais les médecins qui veulent avoir de la conscience et ne pas se laisser influencer par la position de l'inculpée, déclarent unanimement que d'un résultat nul il résulte les preuves de l'empoisonnement.
D'autres chimistes [...] ne trouvent pas de poison !... Mais un procès célèbre ne peut pas s'arrêter»... L'exhumation a lieu: l'absence d'arsenic rend une pauvre femme à sa famille, à l'honneur et à la vie, mais «pour une grande dame ce n'est pas assez que deux expériences négatives ce n'est pas assez de 11 chimistes qui n'ont qu'un mérite de province et d'honnête homme. Il faut mander le prince de la science !»... Et on parle d'égalité devant la loi ! Cependant elle ne condamne pas ses juges: «On leur a dit par la voix des magistrats et par la voix de la presse que j'étais un monstre d'autant plus dangereux que je possédais le génie de l'hypocrisie. [...] On leur a montré mes défauts - ils en ont fait des vices hideux. On leur a offert la femme de quelques pauvres petites qualités - ils ont reculé d'effroi comme devant une embâcle »...
On joint une autre L.A.S. «M.C.», à M. Espagne, réclamant une cuillérée de potion de Heim: «j'ai des crampes d'estomacs à me tordre. J'ai pris de l'éther, du laudanum rien ne me fait je souffre le martyre»... Plus une L.A.S. de Marie de Léotaud [victime du vol de diamants dont Mme Lafargue fut accusée].
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue