[Victor HUGO]. Juliette DROUET

Lot 344
Aller au lot
500 - 600 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 638 EUR

[Victor HUGO]. Juliette DROUET

L.A.S. «Juju», 30 juin mercredi soir 5 h ½ [1847, à Victor Hugo]; 4 pages in-8.
Belle lettre de reproches amoureux. «Vous vous êtes éclipsé bien vite à l'ombre de vos dix francs et des plaisanteries de mauvais goût que vous avez jeté à ma littérature. On vous en fichera des savantes comme moi pour vous en moquer. Viens-y pôlisson et surtout que tes élucubrations romantiques me tombent sous la griffe et tu verras comment je manifesterai mon opinion et je formulerai mon enthousiasme. Je t'apprendrai à manquer de respect à une gente de lettres de ma qualité. Mais surtout ce que je voudrais t'apprendre et te rapprendre, vieux pair de France que tu es, c'est à m'aimer. Tu me parais avoir oublié cet art d'agrément depuis trop long-temps et je voudrais te donner de bonnes leçons sur ce sujet.
Je ne te prendrais même rien pour cela mais tu serais libre de me donner des dons de ta mugnificence. Ceci sans préjudice des chemises à l'envers bien entendu, que même cela dure trois jours et que c'est aujourd'hui le dernier et qu'il faut te dépêcher de m'apporter le reste si tu ne veux pas te voir impitoyablement refusé et ta générosité naturelle méconnue. Ce qui serait fort grave au moment de la cherté du pain et des variations du baromètre. Ce qui ne varie pas c'est votre éternel refrain: - Je travaille même en musique ce serait abrutissant mais à l'oreille nue c'est embêtant et je demande qu'on me change d'air. [...] je commence à soupçonner les dix francs de complicité avec vous pour me tromper et me mystifier indignement. Oh ! Si j'en étais sûre bien sûre [...] quels bons coups je vous donnerais et comme je dévoilerais toutes vos tentatives de corruption sur moi»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue