Honoré de BALZAC

Lot 290
Aller au lot
2 000 - 2 500 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 4 466 EUR

Honoré de BALZAC

L.A.S. «de Balzac», Berditcheff 23 mars [1849], à Charles Sauvageot; 4 pages in-8.
Très belle et longue lettre au fameux collectionneur, modèle du Cousin Pons.
Il s'est procuré «le fouet-cosaque, pur sang que vous me faites le plaisir de me demander. Et donc, j'en ai un classique. Maintenant que j'ai le vrai fouet des cosaques, voulez-vous un knout d'exécuteur, car le knout-fouet des cosaques, et le knout avec lequel on donne le knout sont deux objets tout-à-fait différens. Le knout des exécuteurs est, je crois, bien plus rare et plus curieux»...
Puis il parle de l'achat d'un violon (destiné à être offert du Dr Knothé, le médecin du château de Wierzchownia), pour lequel une somme de 400 francs a été versée «chez le Baron James de Rostchild». Balzac précise que «que ce n'est pas d'un violon moderne qu'il s'agit; mais d'un vieux Thiboust. On désire que ce vieux Thiboust n'ait passé par aucune dessication artificielle; qu'il soit travaillé surtout dans la forme et sur le modèle adopté par soit Guarnerius, soit Stradivarius. Sous ces deux conditions, vous avez, vous maître et connaisseur célèbre le droit de prendre ou un Thiboust, ou un Vuillaume, anciens». Si toutefois Sauvageot juge bon, avec votre conscience difficile de maître, le violon de Thiboust qu'il a trouvé, «alors achetezle, avec deux archets, et deux boîtes de colophane. Comme cela va loin (800 lieues) ayez la complaisance de dire au luthier d'emballer le tout de façon à ce qu'il n'y ait pas d'accident»; il donne d'autres instructions pour l'envoi... Il s'excuse d'avoir dérangé ce «chasseur de belles choses [...] mais je me dis, l'ayant su par expérience, qu'en cherchant un plat on trouve un tableau, par conséquent en cherchant une statuette vous pouvez bien rencontrer un violon».
Puis il demande l'aide de Sauvageot pour lui trouver: «1° un plat de Bernard de Palissy, et 2° 2 plats ronds de Faënza. Je désire que le plat de Palissy soit oblong. Pour ces 3 objets, je veux tout ce qu'il y a de plus beau, de plus sain, de plus entier, ou ne rien avoir; aussi attendrai-je patiemment, en vrai connaisseur et amateur; [...] il faut que ce soit 3 pièces rares et sublimes; elles sont destinées à ma salle à manger, où je désire réunir les plus belles oeuvres des arts qui concourent à l'art suprême de la Gueule, tels que hanaps de vermeil allemands, vidercomes en ivoire, etc. J'ai un culte pour Palissy, j'ai ses oeuvres complètes depuis 25 ans ! et c'est un des plus grands hommes de la France. Or, ses beaux plats longs, c'est comme une autographe»... Il donne son adresse «à Berditcheff, par Berlin et Brody, Empire Russe»...
Il ajoute, faisant allusion à la situation politique en France: «J'espère que quand j'aurai le plaisir d'aller vous remercier moimême, nous serons quittes des iconoclastes qui veulent piller Paris, et qu'ils n'en auront pas été pour le fouet que vous voulez leur donner, mais qu'on en aura exporté un millier, surtout les chefs, les utopistes qui ont ruiné la France pour dix ans. Trouvez ici, par avance, outre mes remerciements, tous les sentiments d'estime et d'admiration d'un simple soldat pour son chef en bricabraquologie».
Correspondance (Pléiade), t. III, n° 49-34. Exposition Honoré de Balzac (Bibliothèque nationale, 1950, n° 779).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue